Un chantier minutieux

Aux mois de mai et juin 2018, deux charpentiers de marine professionnels sont venus travailler sur le Gène Cornu : Jérôme Mascarell et Virginie Ponchon. Au programme, des travaux importants pour le bateau qui nécessitaient un réel savoir-faire.

D’abord, il a fallu « recaler le bateau dans ses lignes ». Depuis le temps qu’il est posé sur ses bers et parce que plusieurs pièces structurelles de la coque ont été démontées, le Gène Cornu a commencé à se déformer et il était important d’empêcher ce phénomène.

Recalage du bateau.
Recalage du bateau.

Ensuite, les charpentiers se sont attaqués à une opération particulièrement délicate à réaliser : la dépose du lest. Pour cela, il faut avoir accès aux boulons de quille, ce qui implique d’avoir démonté presque tout l’intérieur du bateau. Ensuite, il faut arriver à déloger les boulons… qui bien sûr ne se laissent pas faire. Après plusieurs jours de travail, le lest a pu être déposé. Et… il va falloir changer les boulons !

Boulons de quille corrodés.
Boulons de quille corrodés.
Dépose du lest.
Dépose du lest.

Enfin, les travaux pour conforter l’arrière du bateau, très endommagé, ont pu avoir lieu. La pointe arrière du bateau, l’étambot, est particulièrement pointue, une spécificité des bateaux d’Eugène Cornu. L’allonge d’étambot a été remplacée et d’autres points singuliers découverts pendant le chantier ont été traités.

Taille de la nouvelle allonge d'étambot dans du chêne.
Taille de la nouvelle allonge d’étambot dans du chêne.
La nouvelle allonge d'étambot en place.
La nouvelle allonge d’étambot en place.