Comment une idée folle a pris forme

En septembre 2013, trois personnes tombent sous le charme d’un voilier en bois en vente par un particulier en Normandie. Le bateau n’est plus en état de naviguer, avec des bordés manquants, et d’autres pièces en bois dégradées. Par contre le moteur est quasi neuf, le jeu de voile presque complet et en état, ainsi que le mât, la radio VHF, et d’autres accessoires. Après une première visite en Normandie, un état des lieux est fait ainsi qu’un estimatif des travaux. L’achat est décidé, et se concrétise par une deuxième visite à Ouistreham au cours de laquelle le bateau est bâché et démâté afin de pouvoir le transporter jusqu’en Ariège.

Visite en Normandie avant l'achat

Visite en Normandie avant l’achat

En parlant de ce projet en Ariège, l’idée vient assez vite de partager une aventure humaine collective autour du voilier. Un groupe d’une dizaine de personnes se forme alors, chacun amenant au collectif ses rêves de voile, de charpente marine, de partage d’horizons plus ou moins lointains. Chacun amène aussi ses compétences, manuelles ou intellectuelles. On compte, entre autre, à ce moment là 3 charpentiers, 2 skippers, plusieurs équipiers, des monteurs de projets… C’est avant tout la motivation de réaliser ensemble un rêve qui semble impossible seul qui est très moteur et qui continue encore à fédérer des gens d’horizons divers autour du projet.

Paquetage en attendant le transport

Démâtage et paquet cadeau en attendant le transporteur

Les membres du groupe ayant déjà l’expérience de la navigation sont conscients du coût de restauration mais aussi d’entretien une fois remis à l’eau. L’idée n’est pas d’avoir un beau voilier au port qui ne navigue que 3 semaines par an mais bien d’en donner l’accès au plus grand nombre, faire vivre le bateau et en assurer une viabilité aussi financière. La Méditerranée n’est qu’à deux heures de l’Ariège et beaucoup de personnes se montrent curieuses de découvrir cet univers.

Il faudra plusieurs mois de discussions avant de déposer les statuts de l’association Blablateau à la préfecture de Foix en mai 2014, renommer le bateau « le Gène Cornu » et trouver un lieu où le rapatrier le temps des travaux. On attaque les chantiers collectifs au printemps 2014 pour construire les berceaux de soutien du bateau. Une première soirée de soutien est organisée en juillet 2014  afin de faire connaître le projet et motiver de nouveaux adhérents. Là encore nous sommes étonnamment surpris du retour des plus de 130 visiteurs. A ce jour, l’association compte sur un noyau dur du conseil d’administration de 8 personnes, et une vingtaine adhérents.

Étant conscients du coût global d’un tel projet, revendiquant une propriété associative et non individuelle du voilier et voulant le rendre accessible au plus grand nombre, nous sollicitons aujourd’hui des financeurs publics et privés pour contribuer au projet.