L’historique du Gene Cornu

 Le Gène Cornu a été dessiné par l’architecte naval Eugène Cornu, après guerre en 1949.  Eugène Cornu (1903-1987) est un architecte naval autodidacte et unijambiste. Il a publié ses premiers plans à 20 ans dans « le Yacht, Journal de la Marine ». Il a principalement travaillé pour les chantiers Jouët de Sartrouville mais a collaboré avec plus d’une quarantaine de constructeurs. Au total, il a signé 330 plans originaux aujourd’hui archivés au Musée de la Marine. Parmi ses réalisations les plus célèbres on peut citer : Le Bélouga (dériveur lesté de 1943), La Mouette (croiseur de 7,60 m à tableau).24-Chasse marée n°53_petit

Y a-t-il un style Cornu et lequel ? Au début des années soixante, en présentant dans Le Yacht quatre plans Cornu de 12 m, Marcel Collinet écrivait : « On nous dira que tous ses bateaux ont un air de famille. Mais fort heureusement ! C’est que l’architecture navale est avant tout un art et que toute œuvre d’art porte la griffe de son auteur. Cet air de famille que possèdent les bateaux de Cornu tient à la majesté de leurs formes, celles même que l’on retrouve chez un Stephens, un Rhodes, un Nicholson…  »

A l’exception de moins d’une dizaine de réalisations, tous les bateaux dessinés par Eugène Cornu sont des coques en bois. Le modèle qui nous concerne fait partie des derniers voiliers de croisière en bois à bordées à plat joints, alors que quelques années plus tard d’autres matières prennent largement le dessus : acier, contreplaqué multicouche et résine notamment.

Notre voilier a été réalisé d’après les plans de 1949, en 1963, par les chantiers Rameau à Ettel (56), ses dimensions sont les suivantes :

Longueur hors tout : 10,65m

Largeur : 2,55m

25 pieds à la flottaison soit 7,60m

Tirant d’eau : 1,65m

Le Gène Cornu est un bateau aux lignes élancées, il est assez bas sur l’eau, trait typique des plans Cornu qui le distingue des voiliers modernes beaucoup plus haut sur l’eau et plus large pour augmenter l’habitabilité. Il est habitable à 5 maximum (une cabine double à l’avant, 2 couchettes dans le carré et 1 couchette simple à l’arrière).

Son gréement est un mât seul, c’est à dire de type sloop. On le désigne sloop marconi du fait que ses deux voiles principales (grand voile et foc) montent jusqu’en haut du mât.

Plan d'E.Cornu d'un voilier proche du nôtre
Plan d’E.Cornu d’un voilier proche du nôtre

L’un des intérêts historique est de remettre à l’eau un type de voilier devenant rare, et ainsi conserver et faire vivre ce patrimoine. Aujourd’hui les bateaux de plaisance sont construits majoritairement en plastique. Certains bateaux de pêche en bois sont toujours en fonctionnement mais leur nombre a fortement diminué depuis le début des années 1990 (réduction des quotas de pêche). Des chantiers navals spécialisés sur les voiliers en bois existent mais ils sont rares ; la plupart sont en Bretagne, aucun en Ariège !

Nous comptons le restaurer au plus près de l’identique, tout en y ajoutant des éléments modernes de sécurité.

Pour plus d’infos, une très bonne bibliographie est en ligne sur le site suivant :

 http://kanthaka.webnode.fr/l%27architecte-eug%c3%a8ne-cornu/